5 novembre 2018 : L'Art des Jardins continue, merci à vous ! Actualités

5 novembre 2018 : L'Art des Jardins continue, merci à vous !

Bilan positif pour notre financement participatif

Après un mois d’octobre hors norme côté météo, les premiers frimas marquent le terme de notre opération de financement participatif et le moment d’en faire le bilan.

L'Art des Jardins n°40 est actuellement en kiosque !

Le numéro 40 de l’automne, enfin recalé sur le rythme saisonnier habituel du journal, est paru le 21 septembre dans environ 4 000 points de vente en France et en Belgique.
Le n°41 de L'Art des Jardins daté de l’hiver paraîtra le 14 décembre prochain, un peu en amont des fêtes de fin d’année.

Menée indépendamment des plateformes dites de crowdfunding, l’opération que nous avons lancée au printemps dernier auprès de nos lecteurs pour sauver nos parutions menacées par la crise de la distribution de la presse, a été un succès remarquable. L’objectif annoncé n’a pas été atteint, mais le résultat nous a conforté dans l’évidence de ce choix.
En effet, nous avons reçu 303 contributions à l’opération lancée sur notre site et dans les pages du journal pour un montant total de 26 200 euros.
Mais il faut ajouter à cette somme, les montants de tous les réabonnements « précoces » et sur de longues durées que nos lecteurs qui ne souhaitaient pas participer via le site nous ont fait parvenir. Ainsi, ce sont au total près de 35 000 euros et environ 450 participants qui sont venus alimenter un fond de réserve destiné à compenser les variations négatives de notre trésorerie, permettant a minima la poursuite de nos parutions régulières. Merci à tous.
L’opération est désormais close, et les contreparties annoncées seront envoyées d’ici la fin de l’année.

Il vaut mieux cultiver notre jardin
Durant deux ans, je me suis très largement investi, à titre bénévole, comme président d’un syndicat qui regroupe les petits et moyens éditeurs de presse spécialisée (lSAEP), afin de défendre nos entreprises indépendantes dans les débats économico-politiques qui agitent la grave crise et la réforme en projet de la distribution de la presse. Constatant qu’il est impossible de déterminer un intérêt commun dans une profession en pleine débâcle, où les jeux d‘influences relèvent davantage de la république bananière, dominée par les intérêts divergents des grands médias, j’ai décidé en cette rentrée de passer la main et me consacrer à des perspectives moins déprimantes.
Il ne faut pas se cacher que l’avenir de la distribution de la presse imprimée est actuellement des plus sombres, et le nouveau Ministre de la Culture vient d’ailleurs de repousser la réforme de la loi qui régit le secteur. Pendant que quelques affairistes raflent les fleurons de la presse magazine française, remplaçant opportunément les vraies rédactions d’autrefois par des agences en recyclage qui emploient à vil prix quelques anciennes gloires retraitées pour repasser toujours les mêmes contenus, les marchands de presse ferment boutique à un rythme de 10 % par an. On ne peut que regretter l’état d’une profession désertée par ses éléments les plus brillants, incapable de se mettre à véritablement travailler pour définir un avenir commercial pour la presse imprimée.
Lorsque l’on n’édite qu’un nombre limité de publications, on n’a pas le temps d’attendre qu’un futur plus favorable se dessine. Beaucoup d’éditeurs arrêtent, et bon nombre de nos collègues changent de métier, pendant que les mastodontes inondent le marché d’une espèce de cuisine industrielle bourrée d’additifs mais sans originalité ni saveur.

Grâce au soutien de tous ceux qui nous ont témoignés leur attachement à L'Art des Jardins, nous avons la chance de pouvoir continuer à publier notre revue, qui s’inscrit depuis ses débuts en 2009 dans un objectif de transmission des savoirs autour de l’art des jardins. Mais nous restons frustrés des projets de hors-séries thématiques ou de nouvelles publications que nous aurions aimé pouvoir proposer à nos lecteurs. Mettre sur le marché un projet imprimé aujourd’hui, dans le contexte où une faillite du système de distribution est probable dans les deux ans, nous condamnerait à coup sûr. Nous resterons donc prudents.

On peut ressentir une profonde frustration à une telle situation, surtout quand on voit le degré de sophistication qu’a atteint l’imprimerie avec des possibilités techniques inégalées depuis Gutenberg, en constatant que la médiocrité de ceux qui vivent de la presse française accélère la paupérisation d’un média unique en son genre. La presse spécialisée de qualité ne va pas disparaître, mais on ne sait pas du tout comment on pourra encore la trouver autrement que directement sur le site des éditeurs indépendants dans quelques années…

En formation de combat
Depuis ses débuts, L'Art des Jardins a adopté un politique économique contraignante, mais synonyme d’indépendance et de liberté : aucune dette, aucune dépendance vis-à-vis de la publicité – ce qui était salutaire puisque tous les grands annonceurs ont depuis déserté la presse spécialisée –, et quatre salaires réglés au minimum du minimum, versés uniquement lors de chaque parution pour ne pas constituer de charges fixes.
Nous devons cette gestion rigoureuse à nos lecteurs, parce que nous avons fait plusieurs fois appel à leur contribution comme récemment pour compenser les quelques milliers d’euros qui manquaient pour équilibrer notre compte d’exploitation. Votre argent ne sert pas à nous payer de généreuses primes, mais bien à préserver notre liberté de publier pour vous l’information et les témoignages que nous allons chercher sur le terrain.

Recueillir et transmettre l’art des jardins
Bien que la publication de nouveaux ouvrages ne soit pas d’actualité pour les raisons évoquées plus haut, nous nous concentrons désormais sur la continuité de L'Art des Jardins pour les années à venir, et sur nos quatre parutions saisonnières, tout en préparant divers projets connexes dans le droit fil de notre volonté de transmission la plus large possible de tout ce qui relève de l’art des jardins.

Pour les mener à bien, nous avons besoin de rencontrer des mécènes, des investisseurs que peuvent passionner nos projets d’avenir autour du jardin et de la transmission des savoirs davantage qu’un retour immédiat sur investissement, sachant que les culbutes boursières ne sont pas vraiment le propre des initiatives culturelles. Bienvenue dans notre futur !

Les 10 ans de L'Art des Jardins
Au printemps prochain, nous fêterons les 10 ans du magazine, dont le n°1 est paru au printemps 2009. Nous n’en disons rien pour l’instant mais nous préparons activement cet anniversaire que nous souhaitons fêter tout au long de l’année 2019…

Merci à tous de votre soutien,

Philippe Loison

L'Art des Jardins

BP 36


78164 Marly-le-roi Cedex