La presse magazine dans le brouillard Editorial

La presse magazine dans le brouillard

quand la distribution perd la boussole

Pour des éditeurs, qui comme nous dépendent des ventes au numéro de leurs magazines pour 80 % de leur chiffre d’affaires, il est bien difficile de s’orienter dans le brouillard actuel de la presse..

Actuellement, se livrent en toute discrétion dans les coulisses de la presse française des tractations et des manœuvres d’envergure pour une réorganisation de la distribution des journaux et des magazines. Avec l’argument de « sauver la liberté de la presse », s’opèrent loin des regards, des affrontements discrets entre les tenants d’une évolution du système collectif de distribution mis en œuvre après guerre et les partisans d’une libéralisation à la dure plus favorable aux grands groupes de médias. L’Etat, témoin de ce bras de fer, garant de la pluralité et la diversité culturelle, est invité à prendre position et à intervenir pour assainir la situation dans un délai plus ou moins proche.

Devant ces incertitudes, nous avons fait appel à nos lecteurs pour obtenir leur soutien, sous la forme d’abonnements ou de contributions libres, pour lesquelles nous imaginons de belles compensations quand le printemps sera venu.

Certains s‘inquiètent légitimement de s’engager si leur contribution devait ne servir à rien. Qu’ils se rassurent, nous devons seulement disposer d’une réserve suffisante pour gérer l’actuel décalage d’une partie de nos recettes de ventes au numéro, et prévoir un éventuel défaut de paiement de notre messagerie, qui n’affecterait que le dernier numéro paru de L'Art des Jardins. Une situation grave mais pas désespérée…

Le prochain numéro est prêt à être imprimé, les suivants se préparent. 

Merci de tout cœur à ceux qui nous soutiennent, et merci à tous de faire circuler l’information. 

Vive L'Art des Jardins !

Toute contribution est utile
Vous pouvez choisir de commander dans notre boutique les parutions de votre choix, vous abonner ou choisir un abonnement de soutien, ou nous envoyer votre libre contribution par courrier. Merci.

Philippe Loison - 06-01-18