19 avril 2018 : 300 contributeurs et 35 % de l'objectif ! Editorial

19 avril 2018 : 300 contributeurs et 35 % de l'objectif !

Changer de modèle pour se sortir du guêpier de la vente au numéro

Dur, dur de se battre au quotidien pour faire exister un projet de revue quand les règles sont changées sans cesse. Même Lagardère a compris, il se débarrasse de la presse….

On s’en va… dix mille euros de taxe 
Presstalis qui nous aime tant vient de nous taxer de 10.000 euros pour avoir transféré L'Art des Jardins dans l’autre messagerie sans respecter le préavis inique de 6 mois + 6 mois qu’ont décidé par les habituels comparses de cette entreprise de racket. On consteste cette décision qui n'est basée sur aucune justification comptable, une simple taxe donc.

Alors que les éditeurs sont invités à signer une convention qui affecte en compte courant l’argent qui leur est prélevé (alors que tout apport à une entreprise en déficit est légalement interdit par le code de commerce), on apprend que la taxe de 2,25 % qui est imposée aux éditeurs ne cessera pas en 2022, mais à la fin du remboursement définitif des prêts accordés par l’Etat soit en… 2033. Ce n’est plus du délire mais de la science-fiction.

Arnaud Lagardère qui aime la tranquillité a pris la décision simple de se débarrasser de tout ses titres de presse sauf Paris Match et le JDD en les cédant à un groupe tchèque qui aura sans doute besoin de mettre un peu d’argent dans nos contrées avec l’assurance d’en perdre… Si un groupe de presse ouzbek veut acheter L'Art des Jardins, nous sommes prêts à considérer l’offre !

Plus sérieusement, entre les atermoiements d’un projet de loi partagé entre ceux qui veulent du changement et ceux qui ne veulent que le changement qui les arrange, les temps s’annoncent très durs pour la distribution de la presse. D’autant que ravis de l’opportunité qui leur est donnée de défiler avec leurs camarades, les dépôts de presse de grandes villes tenus par la CGT se sont mis en grève et ne distribuent plus que ce qui leur chante.

Une bonne nouvelle pour nos lecteurs
Dans ces conditions, les 300 contributeurs qui nous ont fait passer la barre des 20 000 euros de financement participatif et leurs messages d’encouragement représentent la seule voie que nous entendons prendre : continuer à faire vivre L'Art des Jardins !

Pour eux, la bonne nouvelle : le prochain numéro du printemps paraîtra le 25 mai prochain.

Objectif : 5 000 abonnés nouveaux !
Nous n’avons pas trente six solutions pour gérer l’avenir. Nous devons alléger la charge que fait peser la vente au numéro. Pour mémoire il faut fabriquer 3 exemplaires à distribuer dans les points de vente de presse pour en vendre un seul, ce qui occasionne un surcoût de plusieurs dizaines de milliers d’euros par an par rapport à l’abonnement.

Tellement différent des magazines de jardinage, L'Art des Jardins a pu rester ces dernières années à leurs côtés dans les rayons de la presse jardin malgré son caractère singulier, comme d’autres titres exigeants dans leurs thématiques respectives. Aujourd’hui, nous sommes obligés de revoir totalement notre modèle de distribution parce le système veut que ne resteront plus en activité dans les linéaires de presse que de vils commerçants et des aigrefins, prêts à toujours recycler les mêmes contenus vides de sens à longueur de titres et hors-séries bidons.

Si nous atteignons l’objectif de réunir 5 000 abonnés nouveaux nous pourrons continuer à paraître régulièrement tous les trimestres, sinon nous devrons sans doute allonger nos délais de parution.

Vous qui nous lisez et qui parcourez ces lignes, c’est encore à vous que nous allons demander de nous aider. Mais cette fois sans contribution d’argent de votre part, vous nous avez déjà tant donné !

Voici ce que vous pouvez faire pour nous aider

- si vous connaissez dans votre entourage des lecteurs de L'Art des Jardins qui l’achètent au numéro, merci de les convaincre de s’abonner. Le magazine va devenir difficile à trouver s’ils l’achètent au hasard de leurs courses dans un point de vente ou un autre, et il ne se trouvera plus en rayon que le minimum d’exemplaires correspondant aux ventes régulières du point de vente concerné. Et nous allons probablement encore augmenter le prix de vente au numéro pour compenser le coût du réseau.

- si vous connaissez des amateurs de jardins qui ne lisent pas ou plus la presse jardin, vous serez notre meilleur porte-parole pour les convaincre de s’abonner à L'Art des Jardins.

- si vous faites partie d’une association d’amateurs de jardins, ou si vous êtes un professionnel du jardin ou du paysage, nous proposons des abonnements groupés par 10, 20 ou plus à tarif réduit, l’assurance pour chacun de recevoir son exemplaire chez soi au lieu de le consulter à plusieurs sur le même exemplaire. Nous consulter par mail à artdesjardins@arxispresse.fr

- si vous pensez que votre abonnement arrive prochainement à échéance, renouvelez-le dès maintenant, les numéros à venir (sur la base de 4 parutions par an) s’ajouteront aux numéros restant à servir dans votre abonnement actuel.

Nous allons prochainement interrompre nos offres de financement participatif pour les remplacer par des abonnements de soutien au côté des habituels abonnements à tarif normal. Nous allons aussi proposer à nouveau l’abonnement sous forme de prélèvement. Ces modifications seront en place en fin de mois.


Pourquoi sauver L'Art des Jardins ?
L'Art des Jardins est un magazine indépendant que nous avons fondé en 2009 autour d’une équipe qui est restée la même jusqu’à aujourd’hui. Le magazine a déjà survécu à bien des aléas de distribution grâce au soutien constant de ses lecteurs. 

Libre de ton, réalisant exclusivement des reportages originaux sur des jardins que nous avons visités et partageant avec nos lecteurs une longue expérience dans la connaissance des jardins de France et d’ailleurs, L'Art des Jardins est le seul titre de la presse jardin se consacrant au jardin sous son aspect culturel et patrimonial, au-delà de notre passion pour les plantes et la diversité botanique. Selon notre engagement vis-à-vis de nos lecteurs, les données personnelles recueillies pour les abonnements et les ventes directes ne sont jamais communiquées à des tiers.

La crise actuelle nous a montré l’urgence à consolider notre indépendance, et la menace d edisparition de la presse française libre est aussi une formidable opportunité de nous affranchir durablement des problèmes de distribution et d’envisager autrement l’avenir au côté de tous ceux qui nous ont fait confiance.

Merci de votre soutien.

Philippe Loison